Flux rss en fonction de votre recherche RÉINITIALISER

Comment mettre en œuvre le système biométrique ?

Introduction

Une entreprise décide de renforcer la sécurité en introduisant un contrôle biométrique pour l’accès aux bâtiments des employés.

Déclencheur

La direction mandate le service de sécurité informatique pour développer un système d’identification biométrique.

Péripétie

L’utilisation de la biométrie peut présenter des risques importants, liés notamment aux possibilités de suivi des individus et d’interconnexion des informations et des fichiers.

Résolution

La direction des systèmes d’information (DSI) propose deux solutions à la direction générale : soit une technologie basée sur le stockage de gabarit sur un support dont la personne concernée a l’usage exclusif (carte à puce, téléphone mobile, ordinateur portable, etc.) ou soit de recourir à un élément biométrique ne laissant pas de trace, comme le contour de la main.

Conclusion

Pour éviter des discriminations, il est nécessaire de prévoir des alternatives pour les personnes qui ne sont pas en mesure d’utiliser un système biométrique. L’identification de données biométriques doit se faire uniquement en comparant un échantillon prélevé auprès de la personne concernée. Les données biométriques originales doivent être détruites une fois la procédure d’enrôlement effectuée.

timbre signification

Recommandations

L’objectif visé doit être clair, et la mesure la plus adéquate, nécessaire et la moins intrusive pour l’atteindre doit être choisie. Cette mesure doit faire l’objet d’une communication appropriée. L’employeur devrait informer et consulter les employés ou leurs représentants et si possible obtenir leur accord avant d’introduire des systèmes automatisés pour la collecte et le traitement des données personnelles

Principes de base

LIPAD 38 et 42 ; LPD 4; 12 et 13 ; LTr 6 ; OLT3 26 ; CO 328 et 328b

Protection de la personnalité, protection des travailleurs, principes de licéité (légalité), bonne foi et de la proportionnalité: la mesure doit être adéquate, nécessaire et le moins intrusif possible.

Ressources

La Banque privée genevoise Pictet & Cie utilise la reconnaissance faciale en 3D pour sécuriser l’accès à ses bâtiments depuis 2006. Comment a-t-elle surmonté les craintes de ses 2000 collaborateurs? En communicant. Cette technologie ne permet pas de surveiller l’état de santé d’un individu et de violer sa sphère privée. «Les employés craignent parfois que le scan de leur visage n’atteigne leur santé, ce qui n'est pas le cas parce que la machine les filme simplement», note Jean-Pierre Therre, responsable de la sécurité de la banque privée. La banque de données ne contient pas non plus de photos des employés, mais l'analyse des scans de leur crâne selon 40.000 points de repères, dont on ne peut rien tirer :http://www.1234economy.com/biometrie-et-reconnaissance-faciale-en-3d-comment-la-banque-privee-genevoise-pictet-a-gere-les-resistances

Scénarios liés à la recherche
Utilisation de la vidéosurveillance
Publication d’images sur Internet
Utilisation de la vidéosurveillance